Toyota a annoncé la reprise du travail dans son usine française le 21 avril, et d’autres constructeurs devraient lui emboîter le pas. Mais le secteur va devoir se réorganiser de fond en comble pour assurer la sécurité des salariés. Seule solution : la négociation sociale, juge Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici