Le seul rétablissement des faits ne suffit pas à invalider les thèses conspirationnistes. Il est nécessaire d’en démontrer « le dogme informulé », analyse le philosophe Alain Cambier dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici