Vingt-huit plaintes pénales visent les ministres en exercice, les accusant d’avoir mal géré l’épidémie. Ces procédures affaiblissent la responsabilité politique et relèvent d’un « populisme légal », estime Olivier Beaud, professeur de droit public, dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici