Des chercheurs du laboratoire attaché au service public de Paris ont détecté la présence de ce pathogène dans le réseau non potable de la ville grâce à l’amplification de son génome.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici