En pleine pandémie et à seize mois de sa retraite annoncée, la chancelière se retrouve au centre du jeu en Allemagne. Mais la seconde phase de la crise pourrait au contraire faire davantage le jeu des oppositions, estiment les observateurs.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici