Les compétences restreintes de l’Organisation mondiale de la santé illustrent les limites d’un multilatéralisme dont la légitimité doit être renforcée, estime Guillaume Devin, professeur à Science Po Paris.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici