« Au travers de notre exploitation des écosystèmes naturels […] l’homme est obligatoirement exposé à de nouveaux germes », explique Jean-François Guégan. Certains sont des « agents pathogènes » qui peuvent être « beaucoup plus violents » que le coronavirus, prévient-il.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici