A l’épuisement des soignants lié à l’épidémie, s’ajoutent la souffrance de la disparition du lien au patient et la difficulté de communiquer avec les familles, témoignent Jean-Paul Mira, chef du service de médecine intensive et réanimation de l’hôpital Cochin, ainsi que Marie Rose Moro et Antoine Périer, membres de l’équipe de soutien des soignants de cet établissement.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici