Malgré les moyens sans équivalents mobilisés face à la pandémie, l’Etat montre surtout sa grande fragilité après des années d’affaiblissement, devenant alors le principal risque pour nos libertés, analyse le juriste Jean-Charles Froment, dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici