Non, le métier d’affûteur n’a pas totalement disparu. La preuve en Indre-et-Loire et en Sarthe, où, raconte Frédéric Potet dans sa chronique, Philippe Delaunay a décidé, par solidarité, de proposer gratuitement ses services pour les couturières aux ciseaux fatigués.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici