Non, le métier d’affûteur n’a pas totalement disparu. La preuve en Indre-et-Loire et en Sarthe, où, raconte Frédéric Potet dans sa chronique, Philippe Delaunay a décidé, par solidarité, de proposer gratuitement ses services pour les couturières aux ciseaux fatigués.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici