Si les concentrations en oxyde d’azote ont nettement diminué avec la chute du trafic routier, il n’y a pas eu d’amélioration visible sur le front des particules. L’épandage est montré du doigt.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici