Les syndicats du leader de la vente en ligne avaient mis la pression sur le gouvernement en affirmant qu’accorder cette aide serait scandaleux car « la fermeture des sites de l’entreprise n’est pas liée à une baisse d’activité, mais à une décision de justice ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici