Une minorité considérait que les livraisons permettaient de sauver l’activité, tandis qu’une majorité avait mis les salariés en chômage technique.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici