Les ronces, plantains, renoncules rampantes, liserons des champs et autres pissenlits qui poussent le long des trottoirs n’ont longtemps été rien d’autre que des “mauvaises herbes”. Mais des botanistes sont déterminés à redorer leur image auprès des citadins, à coups de craie.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici