Protégé aux niveaux national et européen, le petit corvidé est accusé par les agriculteurs de ravager les cultures céréalières. La destruction du choucas des tours, à titre dérogatoire dans quatre départements, est cependant critiquée par les associations de protection de la nature.

Liberation.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici