Protégé aux niveaux national et européen, le petit corvidé est accusé par les agriculteurs de ravager les cultures céréalières. La destruction du choucas des tours, à titre dérogatoire dans quatre départements, est cependant critiquée par les associations de protection de la nature.

Liberation.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici