Outre une baisse des ventes, la crise sanitaire due au coronavirus a bousculé la préparation de la rentrée d’automne. Peut-être est-ce l’occasion de définir une autre saisonnalité pour donner plus de chance aux livres, suggère l’agent littéraire Pierre Astier, dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici