Comme lors de la crise des « gilets jaunes », les leaders des deux partis extrémistes se disputent le titre de représentant le plus légitime du mécontentement. Mais leurs stratégies diffèrent.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici