A Nice, Paris, Saint-Malo ou Marseille… après presque deux mois de paralysie, le pays s’est rouvert. Comme si rien n’avait changé. Ou plutôt parce que tout ce qui a changé a été assimilé, comme un poison auquel on s’est habitué à petites doses.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici