Les inquiétudes sur la valeur du baccalauréat, basé cette année uniquement sur le contrôle continu, « reposent sur une représentation mythifiée » de l’examen, estime Vincent Troger, maître de conférences en sciences de l’éducation.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici