Face à l’annonce du directeur général du groupe pharmaceutique qu’il servirait « en premier » les Etats-Unis quand il produirait un vaccin contre le Covid-19, la France n’échappe pas au double discours, même si l’Europe tente de lutter contre le « nationalisme vaccinal », estime Philippe Escande, éditorialiste économique au Monde.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici