Comme Nicolas Sarkozy naguère, Emmanuel Macron promet, à la faveur de la crise, une série de ruptures qu’il ne pourra conduire sans un accord étroit avec l’Allemagne , analyse dans sa chronique Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici