A la faveur de la crise sanitaire, la garde des sceaux entend généraliser l’expérimentation des cours criminelles, appelées à juger sans jury populaire, au risque d’y perdre sa richesse dans les débats, déplore l’avocat Denis Fayolle dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici