Dans la crise actuelle, il nous faut assumer que l’arbitrage entre la sauvegarde de nos libertés et celle de la sécurité sanitaire se fasse dans l’incertitude, explique la philosophe Monique Canto-Sperber dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici