La proposition franco-allemande d’un emprunt européen de 500 milliards d’euros met fin à un tabou économique pour Berlin : la mutualisation des dettes, qu’exigeaient notamment l’Italie et l’Espagne depuis l’apparition de la pandémie.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici