La proposition franco-allemande d’un emprunt européen de 500 milliards d’euros met fin à un tabou économique pour Berlin : la mutualisation des dettes, qu’exigeaient notamment l’Italie et l’Espagne depuis l’apparition de la pandémie.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici