Esthéticiennes, avocats, chauffeurs de taxi… Tous sont à leur compte et ont vu leur activité plonger. Sans droit au chômage, ils puisent dans leurs économies et espèrent des aides pour tenir. Si certains « rêvent » de salariat, beaucoup restent optimistes et n’entendent pas changer de statut.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici