Déployées le 13 mai, les « brigades d’anges gardiens », chargés d’identifier les personnes positives au Covid-19 et leurs contacts, ont eu à traiter bien moins de dossiers que prévu. Le signe que l’épidémie ralentit ou bien que les personnes infectées sont très difficiles à « attraper ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici