Partant d’une publicité qui vante le fait de n’avoir rien à raconter, l’écrivain Arno Bertina s’interroge, dans une tribune au « Monde », sur l’obsession de la sécurité et sur la permanence possible des gestes barrières une fois la pandémie terminée.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici