Retranché dans son « bunker », le président russe délègue aux régions, jusqu’ici délaissées, une partie de la gestion de la crise, explique le correspondant du « Monde » à Moscou.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici