En pratique, toutes ces espèces de la faune et de la flore sont considérées comme des infrastructures ou des agents produisant des services écosystémiques essentiels pour le bien de la communauté, comme la production d’oxygène, l’épuration des eaux, la pollinisation, la séquestration de carbone, ou encore l’entretien de la biomasse. À ce titre, elles jouissent de nombreux droits et peuvent être défendues.

Cet article Costa Rica : une ville reconnaît la citoyenneté des pollinisateurs et végétaux est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici