Laissée sans information, l’équipe rédactionnelle de l’hebdomadaire féminin s’inquiète. Le titre a souffert de la crise due au coronavirus, mais aussi du non-paiement de ses créances par Presstalis et de la baisse de ses annonceurs.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici