Le premier ministre a promis, lundi, des « choix forts » sans faire de mea culpa sur sa gestion des hôpitaux. Il trace un chemin vers des évolutions plus que vers une révolution.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici