La ministre suédoise des finances, Magdalena Andersson, explique pourquoi son pays, avec l’Autriche, le Danemark et les Pays-Bas, pose ses conditions avant de soutenir les pays les plus touchés par la pandémie, auxquels la Commission a proposé, mercredi, de consacrer 750 milliards d’euros.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici