Saint-Denis, aux nombreuses communautés, faisait partie de la ceinture maraichère, nourricière de Paris. Puis il a fallu loger les gens, bâtir des parkings, loger des gens. On a saupoudré la terre de béton, on a asphalté les carottes, les salades et les poireaux. Mais un coin a de nature a toujours résisté.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici