Le temps du confinement, deux mois sans personne dans les rues, sans voiture et sans bruit, Paris s’est révélé un incroyable terrain d’observation pour les naturalistes.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici