Ce n’est pas faute d’appétit au sein de la population, mais la progressivité du déconfinement rend improbable une frénésie festive dans les semaines à venir, estime dans sa chronique Frédéric Potet, journaliste au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici