Le projet de Roybon représentait "1000 emplois pendant la période de construction puis 800 emplois pérennes", explique le président du groupe Pierre et Vacances. Il est abandonné "malgré tous les appuis que nous avions et la valorisation environnementale que nous apportions", regrette Gérard Brémond.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici