DÉCRYPTAGE – L’hésitation des patients à consulter dès les premiers symptômes d’infarctus expliquerait en grande partie l’afflux de cas plus graves.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici