DÉCRYPTAGE – L’hésitation des patients à consulter dès les premiers symptômes d’infarctus expliquerait en grande partie l’afflux de cas plus graves.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici