Malgré le confinement, des émeutes ont secoué, le 18 mai, la capitale chilienne, Santiago. La crise sanitaire a encore aggravé la crise politique, relève, dans une tribune au « Monde », la sociologue Emmanuelle Barozet.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici