Nos démocraties sont malades du modèle technocratique qui produit des politiques souvent déconnectées des réalités, estime la chercheuse en science politique Laurence Morel, dans une tribune au « Monde ». Cette crise appelle un changement dans la façon de gouverner.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici