Réagissant, dans une tribune au « Monde », à un rapport de l’Institut Montaigne, le géographe Daniel Behar estime que ce territoire souffre moins de la bureaucratie de l’action publique que du défaut de prise en compte de son caractère de gigantesque sas d’insertion où travaillent les soutiers de la métropole.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici