Combien de temps encore faudra-t-il feindre de croire aux fables de la croissance verte, de la dématérialisation de l’économie, et du découplage entre hausse de la production et désastre écologique, interroge l’économiste Baptiste Mylondo dans une tribune au « Monde », pour qui la décroissance, c’est penser le « suffisant ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici