A chacun son épidémie. Pour l'homme, c'est le coronavirus. Pour les chênes des forêts de Bourgogne, c'est la chenille de bombyx disparate. Sa prolifération, aidée par des étés chauds, pourrait être de plus en plus fréquente avec le réchauffement climatique.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici