La France a adopté le système de protection le plus avantageux et coûteux d’Europe, avec un recours massif au chômage partiel. Les entreprises ayant gardé leurs employés, elles devaient pouvoir redémarrer plus vite et éviter une crise prolongée. C’est un peu le contraire qui semble se produire, observe Philippe Escande, notre éditorialiste économique.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici