Si les minorités ethniques sont davantage touchées par le virus, c’est le résultat d’inégalités sociales, et non la manifestation de différences biologiques, relèvent les épidémiologistes canadiens Jay S. Kaufman et Joanna Merckx, dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici