Grégory Cuilleron est devenu cuisinier grâce à la télévision et avec ce nouveau livre, La vie à pleine main paru aux Éditions Albin Michel, il souhaite contribuer à l’inclusion des personnes handicapées dans le monde du travail.  C’est avec la plume du romancier Alexis Jenni que le lecteur découvre avec  beaucoup de saveur le parcours de Grégory Cuilleron.

Grégory  est né avec une seule main et il affirme qu’il ne voit pas sa main comme absente, mais qu’il a bien conscience qu’il est comme il est et qu’il fait avec. En d’autres mots, lorsqu’un problème se pose, il apprend à le résoudre.  Il déclare que rien ne lui manque, qu’il a, bien sûr une main en moins, mais intérieurement il ne perçoit pas le manque.

Il déclare aussi qu’il est devenu handicapé à l’âge de 27 ans, quand le public le découvre à la télévision car jusque- là, il n’avait jamais pensé l’être. Pour lui le handicap est une notion très relative, « on est toujours le handicapé de quelqu’un et on trouve toujours plus handicapé que soi ».

Grégory Cuilleron pratique dès l’enfance de multiples sports, il a le goût de la compétition et de la bonne cuisine. « Je voue un culte à la bonne cuisine quotidienne, là où la mémoire sensorielle est très forte » dit-il.

Grégory Cuilleron nous invite aussi à questionner  le concept de normalité, car chacun est amené un jour ou l’autre à surmonter des difficultés au cours d’une vie. Il appartient à chacun de changer son regard sur le monde des valides et non valides. Il nous rappelle aussi que le concept de la limitation est l’essence de l’homme, c’est même ce qui fait l’homme.

En résumé, ne vous privez surtout pas de découvrir ce livre, vous allez percevoir une belle personnalité et, en plus, vous emporterez  une formidable dose d’optimisme.

Grégory Cuilleron, jeune cuisinier, né sans avant-bras gauche, s’est fait connaître en gagnant la finale nationale d’Un dîner presque parfait en 2009 et en participant à Top Chef en 2010. Depuis, il a présenté ou participé à différentes émissions culinaires et a aujourd’hui deux restaurants à Lyon. Il a été ambassadeur de l’ AGEFIPH (Association de gestion du fonds d’insertion professionnelle des personnes handicapées).

Alexis Jenni, écrivain, est notamment auteur de l’Art français de la guerre (Prix Goncourt 2011)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici