« J’ai rarement vu un dossier avec autant d’espèces en jeu. Par cette décision, le Conseil d’État ouvre une porte encore plus grande pour les dérogations sur les espèces protégées. » s’est inquiétée une représentante de Notre Affaire à Tous, interrogée par La Relève et La Peste « Toutefois, les conclusions du rapporteur qui nuancent cette décision sont assez novatrices. »

Cet article Le Conseil d’Etat autorise la destruction d’espèces protégées pour réouvrir une carrière de marbre est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici