Le premier ministre chinois Li Keqiang a qualifié les vendeurs de rue de force vitale pour l’économie chinoise, ajoutant qu’ils étaient aussi importants que les boutiques de luxe, explique le journaliste du « Monde » Julien Bouissou.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici