Après Shell et Total, BP se projette à son tour dans l’après-or noir. Une conversion à 17,5 milliards de dollars, qui reflète le choix fait par l’Europe, celui de miser sur d’autres énergies, observe Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici