Dans un rapport publié mercredi et établi à partir de données officielles, l’ONG Générations futures montre que les résidus de pesticides retrouvés dans l’eau du robinet sont majoritairement des perturbateurs endocriniens suspectés.

Liberation.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici