Comme dans les plus fascinants récits de Melville, Poe ou Homère, Isabelle Autissier a essuyé des vagues semblables à des murs, perdu un gouvernail dans l’Océan indien, et pleuré son camarade Gerry Roufs.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici